RSS

Cinémathèques: De battre, mon coeur s’est arrêté (Jacques Audiard, 2005)

26 Mar

Jacques Audiard – De battre, mon coeur s’est arrêté (2005)

Cast: Romain Duris, Niels Arestrup, Emmanuelle Devos…

A 28 ans, Tom semble marcher sur les traces de son père dans l’immobilier véreux. Mais une rencontre fortuite le pousse à croire qu’il pourrait être le pianiste concertiste de talent qu’il rêvait de devenir, à l’image de sa mère. Sans cesser ses activités, il tente de préparer une audition.
(allocine.fr)

*** *** ***

*** *** ***







*** *** ***

Un “film français le moins français possible”

Si, comme l’ont décrété les votants des Césars, De battre mon coeur s’est arrêté est le meilleur film français par les temps qui courent, c’est assurément parce qu’il s’agit du film français le moins français possible. Il y a en effet une véritable et heureuse allergie à tout ce qui ferait « bien de chez nous » dans ce vrai faux polar dont Jacques Audiard est allé chercher l’argument dans un film américain méconnu, Fingers (1978), de James Toback. Tout, ici, de la manière de filmer à la manière de voir la vie, dit à la fois l’envie d’une échappée loin des repères connus et le besoin d’une mue. C’est justement ce que raconte Audiard : l’histoire d’un jeune type qui veut tout changer. Il magouille dans l’immobilier, il est petite frappe, vraie pourriture à ses heures et il décide de devenir pianiste virtuose. Peut-être parce qu’il veut échapper à son père, malfrat qui lui a montré l’exemple et qui le tient comme un chien en laisse, dressé pour lui rendre service. Peut-être parce qu’il croit pouvoir se rapprocher de sa mère, qui lui a fait apprendre le piano, mais qui est morte. Il y a des fantômes, des règlements de comptes dans l’air, et de toutes sortes, mais, pour creuser le portrait de son héros, Audiard se garde du registre psychologique, bien français, malheureusement. Il montre même Tom refaisant ses gammes avec une jeune Asiatique qui ne parle pas sa langue. De la part du fils de Michel Audiard, le plus typiquement français de nos scénaristes-dialoguistes, c’est comme une superbe revendication de liberté. En nous entraînant à travers une nuit de film noir, qui est aussi celle d’un jeune homme qui cherche son identité, Jacques Audiard invente un univers de sensations, fortes, subtiles et par-dessus tout nouvelles, et impose un style. Frédéric Strauss (telerama.fr)


Link nei commenti

 
1 Commento

Pubblicato da su 26 marzo 2011 in Cinema

 

Tag:

Una risposta a “Cinémathèques: De battre, mon coeur s’est arrêté (Jacques Audiard, 2005)

  1. Rod Delarue

    26 marzo 2011 at 00:46

    Jacques Audiard – De battre, mon coeur s’est arrêté (2005)
    Links “rapidshare” (dvdrip, v.o. English subtitles in file) al seguente indirizzo:
    http://www.worldscinema.com/2010/05/jacques-audiard-de-battre-mon-coeur.html

     

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

 
%d blogger cliccano Mi Piace per questo: