RSS

Cinémathèques: MR 73 (L’ultima missione) (Olivier Marchal, 2008)

08 Giu

Olivier Marchal – MR 73  (2008)

Cast: Daniel Auteuil, Olivia Bonamy, Gérald Laroche…

Synopsis :

Un tueur en série ensanglante Marseille. Louis Schneider, flic au SRPJ, mène l’enquête malgré l’alcool et les fantômes de son passé. Le passé resurgit aussi pour Justine. 25 ans plus tôt, ses parents ont été sauvagement assassinés par Charles Subra. Schneider l’avait alors arrêté. Mais aujourd’hui, par le jeu des remises de peine et pour bonne conduite, Subra sort de prison. Cette libération anticipée va alors réunir Schneider et Justine, deux êtres qui tentent de survivre au drame de leur vie.

Le titre…

Le titre fait référence à l’arme de poing calibre 357 Magnum sortie des ateliers de Manurhin en 1973. Ce revolver à six coups d’une précision excellente est utilisé par plusieurs unités d’élite comme le GIGN ou le Raid. “C’est le symbole d’une police révolue, confie Olivier Marchal. Il s’agissait alors du premier revolver construit en France depuis 1892. C’est ce qui a remplacé ma première arme, un Smith & Wesson. J’ai pas de rapport fétichiste aux armes. Je n’ai jamais eu une arme personnelle comme certains, mais quand on a eu un objet comme celui-là dans les mains, on ne peut-être que bluffé. Le MR 73 était un revolver compétitif et spectaculaire. Son design le rend très sensuel. Ses lignes sont très bien étudiées pour ne pas en faire une arme trop imposante.”

Intentions…

Pour Olivier Marchal, ” Il ne faut pas voir MR 73 comme une suite à 36 Quai des Orfèvres, mais peut-être envisager ce film, comme le troisième volet d’un triptyque qui a débuté avec Gangsters. ” ” Un triptyque qui aurait pour thèmes, la solitude, la désespérance et l’errance, poursuit le cinéaste. Au travers de ces trois films, j’ai voulu rendre hommage aux flics que j’ai connus. Des flics abandonnés par les leurs, trahis par les instances supérieures et rongés par un métier qu’ils mettent au-dessus de tout. Au-delà de l’intrigue policière, je souhaitais réaliser un film sur la rédemption et l’oubli comme condition de notre existence.” (allocine.fr)

*** *** ***




Critique:

Oui, bien sûr, le scénario n’évite pas la grandiloquence : le flic hurlant à la mort devant le cadavre de son pote dévoré par un chien… Oui, bien sûr, la musique est omniprésente et encombrante, comme elle l’était dans 36, quai des Orfèvres. On aimerait bien qu’Olivier Marchal évite ces pièges faciles, car on l’aime bien, cet ex-flic devenu cinéaste qui décrit, sans l’affadir, un milieu qu’il connaît mieux que les autres.

Espoir néant. Lumière zéro. Daniel Auteuil symbolise le monde d’Olivier Marchal, et il est, ce monde, à se flinguer. Un flic en dégringolade, à la vie fracassée, capable, en pleine crise d’éthylisme, de détourner un bus, mais aussi, en se fiant à ce qui lui reste d’instinct, de démasquer un serial killer particulièrement sadique.

L’intrigue, à peine esquissée et, d’ailleurs, vite résolue, nous intéresse beaucoup moins que le portrait de ce mort vivant qu’entourent des victimes et des monstres. Les premiers sont exaltés non sans lyrisme. Les autres sont condamnés. Eux, sans rémission…  Pierre Meurat (telerama.fr)




***   ***   ***

Il parere di un critico:

Auteuil, poliziotto d’altri tempi

(…) Il protagonista Daniel Auteuil fa parte della genìa dei poliziotti intelligenti-indipendenti, accomunati dal senso di colpa, così frequenti nei vecchi polizieschi francesi. Porta occhiali con le lenti scure e baffi, ha la barba lunga, veste male: fa di tutto per non venir riconosciuto e per negarsi a se stesso. Si muove in ambienti oscuri, spesso sotto il diluvio, tra asfalto lucente, carceri rognose, alcol bevuto alla bottiglia, case cadenti. Piove quasi sempre, benché la città sia Marsiglia, con il suo porto e il mare. Il poliziotto fuma sempre. Ha modi impazienti, bruschi.

Gli atroci delitti d’un killer che usa incaprettare, violentare, sodomizzare, strangolare le sue vittime e la corruzione marcia della polizia locale sono i temi forti. Grandguignolesco e semplificante, il film è interessante, e così ricalcato sui classici polizieschi francesi d’un tempo da diventare commovente. Lietta Tornabuoni, “La Stampa”, 18 aprile 2008 (mymovies.it)

Link nei commenti

 
2 commenti

Pubblicato da su 8 giugno 2010 in Cinema

 

Tag:

2 risposte a “Cinémathèques: MR 73 (L’ultima missione) (Olivier Marchal, 2008)

  1. Rod Delarue

    8 giugno 2010 at 00:32

    MR 73 – Olivier Marchal (2008)
    Link (www.taringa.net):
    http://www.megaupload.com/?d=WESJ29FG

     
  2. Rod Delarue

    27 luglio 2010 at 01:31

     

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

 
%d blogger cliccano Mi Piace per questo: