RSS

Guy Debord: Sur le passage de quelques personnes à travers une assez courte unité de temps

31 Ago

Guy  Debord – Sur le passage de quelques personnes a’ travers une assez courte unité de temps (1959)

Film “expérimental” réalisé comme un “documentaire à l’envers”, la caméra alterne les plans vagues et des vues en extérieurs où l’évitement systématique de tout élément “digne d’intérêt” (fuite du cadrage dès qu’il rencontre de l’action ou un monument) crée une sensation de malaise renforcée par des commentaires volontairement “ineptes” phrases détournées, citations classiques mélangées à des dialogues puisés dans un film de science fiction… Détournement de publicités commerciales. (wikipedia)

“Sequenze”:

I.











II.

III.

*** *** ***

Guy Debord (28 décembre 1931 – 30 novembre 1994)

Auteur de La Société du spectacle (1967), il a été l’un des fondateurs de l’Internationale situationniste (IS), dont il a dirigé la revue.

Les situationnistes critiquaient à la fois la société de consommation à l’ouest et les bureaucraties à l’est, s’inspirant en cela de “Socialisme ou Barbarie”, que Debord a fréquenté. Ils prônaient l’instauration de conseils ouvriers et jouèrent un rôle clef dans la révolte de Mai 68.

Debord s’est suicidé le 30 novembre 1994. Dix ans auparavant, il interdit la diffusion de l’ensemble de son œuvre cinématographique, suite à l’assassinat de son ami et producteur Gérard Lebovici pour lequel il avait été injustement mis en cause par la presse. Il avait au prélable eu le temps de voir certaines de ses thèses acquérir quelque notoriété outre-Atlantique. Il avait aussi eu le temps de voir un certain nombre de contresens émis au sujet de son livre et il déplorait que certains aient cru, pour reprendre un mot d’Ebenezer Njoh-Mouellé en assimiler d’emblée l’essence en s’étant contentés d’en lire le titre.

L’œuvre de Debord se situe dans la continuité de celle de Marx, la notion de spectacle étant déjà dénoncée par Karl Marx comme une action à laquelle les hommes ne pouvaient plus participer dans le monde industriel. Il s’agit essentiellement d’une critique radicale de la domination de la valeur sur la vie. Son concept de spectacle réfère à un mode de reproduction de la société basé sur la production de marchandise. Debord dénonce la domination marchande. Le spectacle est l’idéologie économique, il est l’ensemble des légitimations que la société contemporaine porte à elle-même pour assurer la reproduction du pouvoir et de l’aliénation; il “n’est pas un ensemble d’images, mais un rapport social entre des personnes, médiatisé par des images” (thèse 4 de La Société du Spectacle). Il est à noter qu’il critique tant le spectacle ‘dilué’ de la société occidentale, que celui, plus « visible », du « capitalisme d’État » des démocraties populaires. En cela, Debord ne s’est pas « compromis » dans l’admiration d’un régime (URSS, Cuba, Chine), contrairement à beaucoup d’intellectuels à la même époque (particulièrement après Mai 68). (allocine.fr)

*** *** ***

Il primo cortometraggio realizzato da Guy Debord

“Il commento comprende una quantità notevole di frasi ‘détournées’, riprese indifferentemente da pensatori classici, da un romanzo di fantascienza o dai peggiori sociologi in voga. Per fare il contrario del documentario in materia di scenografie spettacolari, ogni volta che la macchina da presa ha rischiato di incrociare un monumento si è evitato di riprenderlo, filmando all’opposto il ‘punto di vista del monumento’ (nel senso in cui il giovane Abel Gance aveva potuto sistemare la sua cinepresa dal ‘punto di vista della palla di neve’). Il primo progetto del documentario prevedeva uno spazio più ampio per il ‘détournement’ diretto di inquadrature esistenti in altri film, provenienti dal cinema più diffuso (…). Questi casi limite di citazione sono stati infine impediti perché parecchi distributori si rifiutarono di vendere i diritti di riproduzione per almeno la metà delle inquadrature scelte, e tali rifiuti fecero saltare il montaggio previsto. In compenso è stato fatto il più ampio uso di un filmato pubblicitario prodotto da Monsavon, la cui vedette era destinata a conoscere un avvenire migliore. (…)

Si può considerare questo cortometraggio come una serie di appunti sulle origini del movimento situazionista; appunti che, di conseguenza, contengono ovviamente una riflessione sul loro stesso linguaggio”. (Guy Debord) (www.fuoriorario.rai.it)

Guide psychogéographique de Paris – Discours sur les passions de l’amour par Guy Debord (1955?)

Guide psychogéographique de Paris - G. Debord

Fonte: http://www.artnet.com

 
1 Commento

Pubblicato da su 31 agosto 2009 in Cinema

 

Tag:

Una risposta a “Guy Debord: Sur le passage de quelques personnes à travers une assez courte unité de temps

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

 
%d blogger cliccano Mi Piace per questo: