RSS

Cinema of the World: Paris, je t’aime (2006)

13 Ago

Paris, je t’aime (2006)

Paris, je t'aime.1

Film à sketches d’Olivier Assayas, Frédéric Auburtin et Gérard Depardieu, Gurinder Chadha, Sylvain Chomet, Joel et Ethan Coen, Isabel Coixet, Wes Craven, Bruno Podalydès, Walter Salles et Daniela Thomas, Gus Van Sant…

Cast: Fanny Ardant, Sergio Castellitto, Ben Gazzara, Maggie Gyllenhaal, Bob Hoskins, Yolande Moreau, Natalie Portman…

Comme son titre ne l’indique pas, Paris je t’aime est d’abord une déclaration d’amour au cinéma. Une fête à laquelle sont conviés cinéastes et acteurs de tous horizons, et dont la capitale française n’est que la toile de fond. En cinq minutes, il s’agit pour chaque réalisateur de réussir un petit tour de magie : faire en sorte que le temps s’arrête, qu’il ne soit plus ni court ni long, mais plein de tout ce que le cinéma peut offrir. Des histoires, des personnages, des émotions, de la liberté, de l’élan, du rire, des effets spéciaux pourquoi pas… En somme, il s’agit d’avoir du style, mais avec légèreté, sans se sentir contraint de livrer un chef-d’oeuvre. Le pari est tenu, car le plaisir en est le maître mot. Les frères Coen l’ont bien compris, qui signent un petit bijou sur le quai du métro Tuileries, où un Américain se fait casser la gueule sous le regard indéchiffrable de La Joconde, dont il trimbalait dans son sac une collection de cartes postales. Olivier Assayas donne, lui aussi, un éclat du meilleur de son cinéma. Il raconte de manière très enlevée un moment d’une nuit parisienne où tout semble pouvoir arriver entre une actrice américaine et son dealer. Voir ces cinéastes à l’oeuvre en un temps éclair, c’est presque les redécouvrir. Paris je t’aime est aussi un festival de Cannes en miniature, dont chaque spectateur se retrouve président du jury, faisant le tri dans une compétition de dix-huit petits films : prix d’interprétation à Gena Rowlands ou à Juliette Binoche ? Palme d’or, en tout cas, au 14e Arrondissement d’Alexander Payne. L’histoire d’une piétonne à qui la providence offre un moment de grâce. A l’image de tout ce film, qui nous prodigue du bonheur comme en passant.
Frédéric Strauss – Télérama, Samedi 25 août 2007 (telerama.fr)

“Toile de fond”




“Montmartre”




“Quais de Seine”

*** *** ***






“14e arrondissement”




*** *** ***

Paris, je t'aime.2

 
Lascia un commento

Pubblicato da su 13 agosto 2009 in Cinema

 

Tag: ,

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

 
%d blogger cliccano Mi Piace per questo: