RSS

Cinémathèques: Pickpocket (Robert Bresson, 1959)

21 Lug

Robert Bresson – Pickpocket (1959)


Pickpocket - R. Bresson

Cast : Martin Lassalle (Michel), Marika Green (Jeanne)…

L’itinéraire de Michel, jeune homme solitaire, fasciné par le vol, qu’il élève au niveau d’un art, persuadé que certains êtres d’élite auraient le droit d’échapper aux lois.

Sequenze

I.

*** *** ***




II.

*** *** ***



« Certains êtres devraient avoir le droit de voler en toute liberté. » Telle est la devise de Michel, pickpocket compulsif qui détrousse tout Paris. Cette activité obsessionnelle l’empêche de voir que sa mère se meurt et que Jeanne est la femme de sa vie. « Les pieds et les mains ont une volonté », assurait Robert Bresson. Pickpocket pousse cet adage à son paroxysme. Echauffés en équerre sur des coins de table, comme pour les entraînements sportifs ou musicaux, les doigts du héros en disent plus long que sa parole, courent plus vite que sa raison. Filmés en gros plan, dans des prouesses acrobatiques, ils chuchotent ce que sa voix atone refuse d’exprimer : voler est une activité à double sens, aérienne et délictueuse. Bresson organise savamment l’environnement de son personnage pour que la ville devienne miroir de ses sensations. Les portes cochères sont grandes ouvertes comme des sacs à main au bras des dames et aspirent l’aigrefin dans leur béance. Les affiches du métro évoquent les vertus du beaujolais, « vin affriolant », pour éveiller les sens endormis du pickpocket sur le point de passer à côté de l’amour. Les bruits de Paris paraissent étouffés, les cafés se taisent, les trains glissent, comme si Michel vivait coupé du monde. Et si, justement, ce monde n’existait que dans sa tête ? Bresson s’impose une maîtrise intérieure de ses images ; Michel décrit minutieusement ses faits et gestes sur un cahier à spirale et finit par « mettre en scène » sa vie pour qu’elle soit conforme à ses griffonnages. La force de ce film hors norme vient de ce combat entre l’imaginaire et le quotidien, dont on ne sait jamais qui triomphe. Marine Landrot, Télérama, Samedi 02 juin 2007
(www.telerama.fr)




Link nei commenti

 
1 Commento

Pubblicato da su 21 luglio 2009 in Cinema

 

Tag:

Una risposta a “Cinémathèques: Pickpocket (Robert Bresson, 1959)

  1. rod.delarue

    21 luglio 2009 at 11:03

     

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

 
%d blogger cliccano Mi Piace per questo: